Les 10 tendances de transformation digitale qui marqueront l’année 2021

L’année 2020 n’a fait qu’accélérer les mécanismes de la transformation digitale avec la pandémie mondiale.
L’année dernière a pu produit plus de transformations d’ordre digitale que toute la dernière décennie.
L’effort de transformation des entreprises est déjà en cours à grande échelle au niveau mondial.

Voici quelques statistiques qui illustrent la façon dont la transformation digitale se met en mouvement:

  • On estime que les dépenses mondiales en technologies et services de transformation numérique ont augmenté de 10% en 2020. (IDC)  
  • En 2019, l’investissement direct dans la transformation numérique devait croître à un TCAC (taux de croissance annuel composé) de 18 % de 2020 à 2023. D’ici 2023, il devait approcher les 7 000 milliards de dollars, les entreprises s’appuyant sur les stratégies et les investissements existants, pour devenir de futures entreprises numériques à l’échelle(IDC)   
  • Le marché de la transformation numérique devrait connaître un TCAC (taux de croissance annuel composé) de 23 % à partir de 2019 pour atteindre 3 300 milliards de dollars en 2025. (Research and Markets)   

Qu’est-ce que cela signifie pour 2021 et verrons-nous de nouvelles technologies émergentes prendre le dessus ?
​Pour répondre à ces questions, nous avons choisi d’aborder les dix principales tendances significatives de transformation numérique pour 2021.

Les 10 principales tendances en   transformation digitale ​

1. 5G
2. CDP
3. Cloud hybride
4. Cybersécurité
5. Vie privée et informatique confidentielle
6. Couche de présentation des données séparée pour l’avant et l’arrière.
7. Travail à distance
8. Intelligence Artificielle (IA)
9. Les facteurs de forme des appareils redeviennent intéressants
10. L’informatique quantique
Photo

1. 5G    ​

Cela fait des années que nous entendons parler de l’arrivée de la 5G.
La 5G est la technologie décisive de réseau de prochaine génération qui permettra l’innovation et soutiendra la transformation digitale.
La 5G fournira une « connectivité » virtuellement omniprésente, à très haut débit et à faible latence, non seulement aux utilisateurs individuels mais aussi aux objets connectés. Par conséquent, on s’attend à ce que la future infrastructure 5G serve un large éventail d’applications et de secteurs, y compris des usages professionnels (par exemple, la mobilité automatisée connectée, la santé en ligne, la gestion de l’énergie, éventuellement des applications de sécurité, etc).

La 5G sera également les « yeux et les oreilles » des systèmes d’intelligence artificielle, car elle permettra la collecte et l’analyse de données en temps réel. Dans le même temps, elle donnera une nouvelle dimension au « nuage » en permettant la distribution de l’informatique et du stockage dans l’ensemble de l’infrastructure (edge cloud, mobile edge computing).

Cependant, le secteur des télécommunications ne s’est intéressé à la 5G que récemment, car le travail à distance, la vidéoconférence et la collaboration numérique sont devenus des éléments essentiels de nos vies et nécessitent une connectivité fiable.

Au cours de l’année écoulée, nous avons également accru notre dépendance à l’égard des téléphones, tablettes et autres appareils pour la connectivité. Cela s’explique en partie par le fait que les entreprises ne peuvent pas se permettre d’être déconnectées.

Enfin, les déploiements 5G sont devenus une partie essentielle de la solution, car nous continuons collectivement à vivre dans l’environnement connecté pour le travail et l’école.

Même si les déploiements initiaux du réseau 5G ont été interrompus en raison de la pandémie au début de l’année dernière. Cependant, les efforts ont été repris sur les marchés et ils sont déjà en passe d’atteindre leurs objectifs de déploiement pour 2020.

Pendant ce temps, tous les grands fabricants de téléphones sortent des téléphones 5G à tous les prix. En outre, Qualcomm contribue à rendre la 5G abordable pour presque tous les utilisateurs de smartphones possibles.

2. CDP  Customer Data Platforms ​

Les plateformes de données clients (CDP) sont utilisées pour consolider et intégrer les données clients dans une base de données unique.
Ces outils offrent aux équipes marketing des aperçus pertinents nécessaires pour mener des campagnes. Une CDP peut saisir des informations provenant de sources en ligne et hors ligne, telles que des sites Web, des applications mobiles et des plateformes de messagerie électronique, afin d’offrir une vue complète de votre client. Après avoir récupéré ces données, un CDP peut alors aider les organisations à prédire la prochaine action optimale avec un client particulier. Cela permet aux entreprises d’apprendre ce qu’il faut faire pour conserver des clients spécifiques. Un CDP peut également être utilisé par les équipes du service clientèle pour adapter leur assistance à chaque individu. Les logiciels de messagerie, les logiciels d’entrepôt de données et d’autres plates-formes qui stockent des données peuvent généralement s’intégrer à un CDP.

Les plateformes de données clients  ont déjà explosé au cours des derniers mois.
Les données fragmentées peuvent être difficiles à organiser, ce qui n’est pas idéal pour les entreprises qui comptent sur des données bien traitées pour fonctionner de manière optimale.

IBM estime que les mauvaises données coûtent aux entreprises américaines près de 3 000 milliards de dollars par an. Par conséquent, relever ce défi à grande échelle est devenu une priorité pour les organisations.

C’est là que le CDP intervient. Ils aident les organisations à résoudre le problème en collectant les données, en les organisant, en les étiquetant et en les rendant utilisables. Des entreprises telles qu’Oracle, Adobe, Treasure Data, SAP et Microsoft ont déjà investi dans la fourniture de nouveaux CDP puissants.

En 2021, l’essor des CDP va s’enflammer et les opérations commerciales sont, désormais, un peu plus fragmentées.

​3. Le cloud hybride  ​

Le cloud hybride est une solution qui combine un cloud privé avec un ou plusieurs services de cloud public, avec un logiciel propriétaire permettant la communication entre chaque service distinct. Une stratégie de cloud hybride offre aux entreprises une plus grande flexibilité en déplaçant les charges de travail entre les solutions de cloud au gré des besoins et des coûts.

Les services de cloud hybride sont puissants car ils permettent aux entreprises de mieux contrôler leurs données privées. Une entreprise peut stocker des données sensibles sur un cloud privé ou un centre de données local et, simultanément, tirer parti des ressources informatiques robustes d’un cloud public géré. Un cloud hybride repose sur un plan de gestion unique, contrairement à une stratégie multi-cloud dans laquelle les administrateurs doivent gérer chaque environnement de cloud séparément.
Les meilleures pratiques en matière d’architecture hybride éliminent de nombreux risques de sécurité en limitant l’exposition des données privées au cloud public.
Nous savons que les entreprises s’orientent aujourd’hui vers cette infrastructure de cloud hybride. Les stratégies de cloud hybride les aident à trouver un équilibre pour l’infrastructure de cloud nécessaire.

Au cours de l’année écoulée, nous avons également constaté des investissements dans ce secteur de la part de grandes entreprises telles que Google, Azure, AWS, IBM et Oracle. Nous avons également vu des équipementiers tels que HPE, Dell et Cisco investir dans la création d’outils pour une meilleure connectivité.

Ces investissements aident les organisations à se connecter au client là où il se trouve à ce moment précis. Cela permet de relever les défis de la croissance exponentielle des données et des problèmes proactifs tels que la sécurité, la confidentialité et la conformité.

Nous avons également constaté l’approche modernisée des clouds hybrides. Elle s’étend de l’informatique traditionnelle pour prendre en charge les applications industrielles. Par exemple, Honeywell a construit sa plateforme IoT, Forge, en utilisant une approche open-source et de cloud hybride. Cela les a aidés à intégrer les données industrielles de manière plus transparente avec les centres de données cloud traditionnels.

Le cloud hybride connaissait une croissance rapide avec ou sans la menace de cette pandémie. Cependant, les perturbations causées par le coronavirus ont mis en évidence l’agilité et l’adaptabilité de l’infrastructure cloud.

​4. La cybersécurité  ​

La cybersécurité a toujours été importante, mais avec la pandémie, elle est redevenue cruciale.

L’année dernière, nous avons vu des pirates informatiques exploiter la pandémie de coronavirus pour étendre leurs campagnes. Les attaques contre les petites et grandes entreprises du monde entier sont énormes. Selon Estimated, les attaques contre les banques ont augmenté de 238 % et celles contre les serveurs cloud de 600 % entre janvier et avril 2020.

Avec des employés travaillant à domicile, les entreprises doivent étayer leurs réseaux et mettre à niveau leurs stratégies de cybersécurité.

L’ÉVOLUTION RAPIDE DE LA TECHNOLOGIE VA PROVOQUER UN BOOM DES CYBERATTAQUES

Une vitesse plus rapide du service haut débit.
Avec l’avènement du réseau 5G. Selon le Brookings Institute, « les réseaux 5G créent ainsi une vulnérabilité aux cyberattaques multidimensionnelle et considérablement étendue. C’est cette nature redéfinie des réseaux – un nouvel « écosystème d’écosystèmes » de réseaux – qui nécessite une cyber-stratégie également redéfinie. » En outre, compte tenu de l’augmentation des vulnérabilités cybernétiques des logiciels, il serait difficile de réorganiser la manière dont les organisations sécurisent le réseau le plus important du 21e siècle.

Une meilleure technologie qui peut automatiser la cyberattaque.
L’avènement de technologies modernes telles que l’IdO (Internet des objets)augmente de manière exponentielle le nombre d’appareils connectés, à tel point qu’il y aura environ 200 milliards d’appareils connectés d’ici à la fin de 2020.
Les cyber-guerriers augmentent leurs connaissances tandis que les pirates peuvent désormais utiliser l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique pour déclencher des cyberattaques automatisées qui peuvent facilement compromettre des systèmes sécurisés sans aucune intervention humaine. Ces cyberattaques automatisées constituent une menace mondiale et peuvent être menées en masse.

L’IA et l’apprentissage automatique deviendront particulièrement cruciaux pour cette tendance, car nous continuerons à voir l’augmentation des activités néfastes qui nécessiteront des outils sophistiqués. Par exemple, Microsoft a déversé ses ressources dans les domaines de la sécurité tels que les logiciels, l’annuaire actif et le cloud.

De nombreuses entreprises jouent dans ce domaine ; cependant, les fabricants de logiciels, de cloud et de matériel informatique vont amplifier leurs efforts pour sécuriser leurs produits et services.

​5. Vie privée et informatique confidentielle  ​

La vie privée et l’informatique confidentielle sont devenues une autre approche importante pour renforcer la cybersécurité. C’est particulièrement vrai en ce qui concerne la confidentialité des communications et des données.

Une poignée de grandes entreprises technologiques se lancent dans un nouveau modèle de sécurité qu’elles appellent l’informatique confidentielle, dans le but de mieux protéger les données sous toutes leurs formes.

Les trois piliers de la sécurité des données consistent à protéger les données au repos, en transit et en cours d’utilisation.

La protection des données au repos consiste à utiliser des méthodes telles que le cryptage ou la tokenisation afin que, même si les données sont copiées d’un serveur ou d’une base de données, un voleur ne puisse pas accéder aux informations.

La protection des données en transit consiste à s’assurer que les parties non autorisées ne peuvent pas voir les informations lorsqu’elles circulent entre les serveurs et les applications. Il existe des méthodes bien établies pour assurer ces deux types de protection.
L’informatique confidentielle consiste à crypter l’ensemble du processus informatique. Les organisations ne doivent pas se concentrer uniquement sur les données, mais créer des couches de sécurité supplémentaires autour d’autres informations sensibles.
Les partisans de l’informatique confidentielle espèrent changer cela. « Nous essayons de faire comprendre qu’il existe des solutions pratiques » pour protéger les données pendant leur utilisation, explique Dave Thaler, architecte logiciel chez Microsoft et président du conseil consultatif technique du Confidential Computing Consortium.

Le consortium, lancé en août dernier sous l’égide de la Fondation Linux, vise à définir des normes pour l’informatique confidentielle et à soutenir le développement et l’adoption d’outils à code source ouvert. Parmi ses membres figurent des poids lourds de la technologie tels que Alibaba, AMD, Arm, Facebook, Fortanix, Google, Huawei, IBM (par l’intermédiaire de sa filiale Red Hat), Intel, Microsoft, Oracle, Swisscom, Tencent et Vmware. Plusieurs d’entre eux proposent déjà à la vente des produits et services informatiques confidentiels.

​6. Une séparation des couches de présentation des données frontales et dorsales

Aujourd’hui, les entreprises peuvent séparer leur couche de présentation frontale de leur fonctionnalité de données dorsale. Cela les aide à créer une expérience d’achat personnalisée.

Par exemple, cela consiste à dire à votre Alexa de réapprovisionner votre café et à pouvoir l’acheter instantanément depuis les médias sociaux.
Mais pourquoi est-ce important ?

La façon dont les gens font du commerce a changé. Selon une étude, 86 % des entreprises affirment que leurs coûts d’acquisition de clients ont augmenté l’année dernière. Cela signifie deux choses : les entreprises doivent maximiser leur retour sur investissement et il est devenu important de se concentrer également sur le développement et la fidélisation de la clientèle.

En 2021, les entreprises pourraient devenir plus efficaces en allant au-delà de l’expérience omnicanale pour tout connecter, des vitrines aux services en ligne. Plus elles rationalisent le processus, plus il devient possible de prendre de l’avance sur les concurrents.​

​7. Travail à distance  ​

La main-d’œuvre a besoin d’une plus grande flexibilité du travail. Avec la pandémie, les entreprises doivent autoriser le travail à distance. Mais même si les économies sont sur la voie de la réouverture et que les employés sont autorisés à revenir, les entreprises continuent à les laisser travailler à distance.

Il y a deux raisons à cela : les entreprises veulent protéger les employés contre une éventuelle résurgence de l’épidémie ou elles considèrent le travail à distance comme une option viable.

De grandes entreprises technologiques comme Google et Facebook ont déjà prolongé leur politique de travail à distance pour 2021. D’autres entreprises conservent également cette flexibilité comme une option.

Cela est possible grâce au déploiement et au développement rapides de technologies intelligentes de travail à domicile. Des entreprises telles que Zoom, GoogleMeet et Microsoft Teams ont connu une croissance explosive.

Cela entraîne également une migration involontaire de la population. Avec un nombre croissant de personnes travaillant à distance, nous assisterons probablement à une migration des grandes villes vers d’autres localités. Cette migration entraînera une augmentation des investissements dans la connectivité, ce qui permettra une productivité encore plus grande.

Ainsi, en 2021, alors que les entreprises seront mieux équipées en technologies de travail à distance pour être plus productives, elles suivront les tendances de la transformation numérique.

​8. Intelligence artificielle (IA)  ​

La pandémie a contribué à la démocratisation de l’IA et des données. Du jour au lendemain, les entreprises et les gouvernements se sont retrouvés dans le besoin impérieux de travailler ensemble et de créer des solutions plus rapides.

Naturellement, l’IA, les données et l’apprentissage automatique étaient les outils disponibles vers lesquels ils se sont tournés. Le travail s’est étendu à un large éventail d’opportunités pressantes que ces types de groupes deviennent équipés de manière unique pour s’attaquer aux problèmes sur le plan mondial et du marché.

Si beaucoup pensent que l’IA est l’avenir, elle fait en réalité partie intégrante de notre vie quotidienne. Elle influence en effet ce que nous voyons sur les médias sociaux, les films recommandés sur Netflix ou la personnalisation des produits sur Amazon.

Les entreprises pourront bénéficier de l’IA car la puissance de calcul continue d’être plus abordable et le cloud permet d’y accéder.

Les fabricants de puces, dont NVIDIA, Qualcomm, Intel et AMD, continuent d’innover en matière de semi-conducteurs pour l’IA en déployant leurs CPU, GPU, FPGA et ASIC dans le cloud. Les entreprises peuvent y accéder directement ou par le biais d’applications tierces afin de démocratiser l’IA.

La prolifération de l’IA aura un impact sur tout, de la façon dont nous faisons nos courses à ce que nous mangeons. Comme elle sera alimentée par des masses de données pour des capacités de calcul puissantes, l’IA continuera à nécessiter une surveillance. Mais il ne fait aucun doute que son utilisation continuera de croître rapidement dans les années à venir.

Nous verrons également que les ressources deviennent moins chères et plus disponibles, ce qui fait des tendances de la transformation numériques pour 2021.
Par rapport à l’IA en boîte noire, il faut s’attendre à ce que les modèles deviennent plus transparents. « L’accent sera davantage mis sur l’explicabilité », déclare Dave Lucas, directeur principal des produits chez Tealium, un hub de données clients. « Être capable d’expliquer clairement à un profane comment chaque caractéristique individuelle ou point de données contribue à la prédiction finale ou au résultat du modèle. » Alors que de plus en plus de réglementations sur les données font surface, la confiance en l’IA sera un pivot.

​9. Les facteurs de forme des appareils redeviennent intéressants  ​

Les choses ont évolué rapidement et la perspective des clients a changé en même temps.
​Aujourd’hui, la nouvelle priorité est d’être toujours connecté. Les clients veulent également que leurs appareils principaux soient plus légers, plus petits, mieux connectés qu’avant et plus polyvalents.

Ils manifestent un intérêt croissant pour les appareils hybrides au lieu de transporter plusieurs appareils. Par exemple, le Microsoft Surface Duo et le Samsung Galaxy Fold 2 peuvent tous deux servir de téléphones ou de tablettes. Ils ont attiré beaucoup d’attention de la part des utilisateurs car ils peuvent se plier et se déplier en fonction de leurs besoins.

En 2021, nous assisterons au retour des smartphones pliables. Cependant, cette fois, ils offriront la même qualité et la même connectivité. L’idée derrière ces téléphones est de permettre au téléphone de se déplier en petites tablettes lorsqu’un utilisateur a besoin d’un écran plus grand, puis de se replier en une petite unité pour le stockage ou l’utilisation du téléphone.

En dehors de cela, nous allons voir le PC toujours connecté prendre de l’ampleur. Il s’agit d’ordinateurs portables puissants, super légers et dotés d’une connectivité complète. Grâce à eux, les utilisateurs pourront se connecter sur leur ordinateur portable de la même manière que sur leur téléphone portable. Ils offrent ainsi au travail à distance une autre connectivité fiable.

Bien qu’elle n’ait commencé à prendre de l’ampleur que l’année dernière, il s’agit d’une tendance clé de la transformation digitale.

​10. L’informatique quantique  ​

L’informatique quantique a été reléguée au second plan l’année dernière. Pourtant, nous avons assisté à une croissance sans précédent dans ce domaine, grâce à IBM, Honeywell et d’autres.

L’informatique quantique est passée au premier plan pour gérer la propagation de la pandémie. Elle a également contribué au développement de thérapies et de vaccins. L’informatique quantique a d’autres atouts à faire valoir, comme la possibilité d’interroger, de surveiller et d’analyser facilement des données provenant de n’importe quelle source et à tout moment.
Bien que nous ne soyons encore qu’à l’approche de la mise en place d’une infrastructure d’informatique quantique, nombreux sont ceux qui pensent que l’année 2021 aura des conséquences dans un certain nombre de domaines. Ces domaines comprennent des machines plus puissantes, des réseaux quantiques qui s’étendent sur de plus grandes distances et des progrès vers la cryptographie post-quantique (PQC, abordée plus loin). Pour beaucoup, l’optimisme est grandissant, mais d’autres nous rappellent les problèmes qui restent à résoudre.

La publication technologique en ligne TechRepublic a annoncé de bonnes et de mauvaises nouvelles pour l’année à venir dans un article publié le 24 novembre 2020 et intitulé « 6 experts partagent leurs prédictions sur l’informatique quantique pour 2021 ». Parmi les personnes invitées à donner leur avis figuraient des cadres, des chercheurs et des analystes du secteur de la technologie quantique. Leurs prévisions allaient de la multiplication des cas d’utilisation à une pause qui pourrait entraîner une stagnation des investissements et de l’intérêt. Le vice-président de la recherche chez Gartner, Chirag Dekate, prévoit une croissance significative du nombre de fournisseurs de services quantiques en 2021. Il décrit cette évolution comme la maturation du paysage des fournisseurs, qui comprend déjà IBM (Armonk, N.Y.), D-Wave Systems (Colombie-Britannique, Canada), Google (Mountain View, Californie), Honeywell (Charlotte, Caroline du Nord), IonQ (College Park, Md.), Xanadu (Toronto, Canada) et bien d’autres dans le monde.

Pour les entreprises qui adoptent le quantique, l’un des avantages de l’investissement accru dans le quantique et du remaniement des bases de code des applications autour du quantique pourrait bien inclure la découverte de nouvelles façons d’utiliser leurs systèmes classiques existants. Il est de plus en plus clair que l’informatique classique n’est pas prête de disparaître et que la quantique prendra sa place aux côtés des systèmes numériques existants.

Dans l’ensemble, a déclaré M. Dekate à TechRepublic, « les organisations qui s’engagent dans ces initiatives [celles qui découvrent de nouvelles façons d’améliorer leur infrastructure classique avec la quantique] vont à peu près doubler ».

​Conclusion :

La pandémie de coronavirus a eu un impact sur la trajectoire et la vélocité de la transformation numérique.
Dans les circonstances actuelles, tous les spécialistes pensent qu’elle continuera à le faire jusqu’en 2021.

Dans ce billet de blog, nous avons essayé de définir les nouvelles lignes de tendance et les nouvelles priorités auxquelles les organisations de toutes tailles seront confrontées en 2021.

Elles devront se concentrer, prendre des décisions et investir dans la technologie afin de mener des stratégies de transformation digitale pour 2021.
Nous espérons toujours qu’elle se remettra de la pandémie de coronavirus.
Quoi qu’il en soit, la transformation digitale continuera d’être au centre des préoccupations des organisations du monde entier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *